Le Silicium, pour retirer l’aluminium du corps.

 Depuis des années, le Professeur Exley, biochimiste à l’Université de Keele à Staffordshire au Royaume Uni, oriente ses études sur le caractère nocif de l’aluminium qui serait la cause de nombreuses maladies dégénératives telles que l’Alzheimer.

 

Le Pr Exley s’intéresse également aux qualités du silicium notamment sa capacité à éliminer l’aluminium de l’organisme. À l’issue d’une étude clinique consistant à évaluer les conséquences de la consommation régulière d’une eau enrichie en silicium, un tiers des patients ont vu la quantité d’aluminium diminuer et leurs facultés cognitives s’améliorer en seulement douze semaines.(Cf.Journal of Alzheimer’s Disease,2013, Pr. Exley)

 

 

À Marseille, à l'occasion du Congrès International de Santé Naturelle organisé par l’IPSN  il a exposé ses derniers travaux qui montrent sans aucun doute le besoin de se protéger de ce puissant agent toxique. Il a été le premier à pouvoir détecter la présence d'aluminium dans les tissus cérébraux intra et extracellulaires chez des patients atteints de la maladie d'Alzheimer, de la sclérose en plaques et pour la première fois également d’autisme

 

Des résultats scientifiquement prouvés

Dès la fin de la première semaine, une augmentation significative de la sécrétion d’aluminium dans les urines a été observée sur les vingt-neuf participants. À la fin de la 12ème semaine, une diminution de la quantité d’aluminium dans les urines a été constatée. À long terme, le silicium permettrait la réduction de la charge d’aluminium dans le corps.  

Concernant les autres oligoéléments vitaux de notre organisme tels que le fer et le cuivre, leurs quantités sont restées inchangées, pendant le test, ce qui démontre le caractère inoffensif du silicium sur l’individu.

 

Silicium España a déjà reçu plusieurs témoignages de personnes atteintes de maladies dégénératives relatant l’amélioration de leur état après une cure de silicium G5, pendant trois mois.

En 2015, une femme de 85 ans atteinte d’Alzheimer à Oviedo, au nord de l’Espagne, a vu son état s’améliorer remarquablement en prenant 90 ml par jour de silicium G5. Souffrant d’importants troubles de la mémoire, au début de sa cure, elle fut capable de reconnaitre à nouveau les membres de son entourage après seulement deux mois de traitement !

Ces résultats, très positifs, laissent envisager la possibilité que le silicium puisse devenir un véritable remède thérapeutique face à des maladies dégénératives telle que l’Alzheimer.