MALADIE DE CROHN: Protocole naturel

La maladie de Crohn est une maladie inflammatoire chronique principalement de l’appareil intestinal. Bien qu'il puisse affecter toute partie du tube digestif de la bouche à l'anus, elle infecte généralement la partie la plus basse de l'intestin grêle (iléon) ou du gros intestin (côlon et rectum). La maladie de Crohn est une maladie chronique pouvant se manifester à n’importe quel âge mais il infecte majoritairement les personnes âgées entre 16 et 40 ans. Cette maladie se manifeste davantage chez les personnes vivant dans les climats nordiques. Elle touche de la même manière les 2 sexes. Elle paraît être plus présente dans les familles ayant des antécédents de maladies inflammatoires.

En effet, 20 pour cent des personnes atteintes de la maladie de Crohn ont un parent  qui a une certaine forme de maladie inflammatoire de l’intestin.

 

La maladie de Crohn et une autre maladie similaire, la colite ulcéreuse, sont souvent  considérées comme étant des maladies inflammatoires de l’intestin (MII).

Les symptômes

Étant donné que la maladie de Crohn peut infecter n’importe quelle partie de l’intestin, les symptômes peuvent être différents entre un patient et un autre.

-       Coliques, douleurs abdominales et fièvre.

-       Diarrhées aqueuses pouvant contenir du sang.

-       Perte puis prise de poids

-       Perte d’appétit

-       Fatigue

-       Sensation d’avoir besoin de déféquer même lorsque les intestins sont vides.

 

Tous les patients ne présentent pas les mêmes symptômes. Parfois certains n’ont aucun des symptômes énumérés précédemment. 

D’autres symptômes peuvent inclure:

-       Constipation

-       Des ulcères ou inflammation des yeux

-       Le drainage du pus, de mucus ou des matières fécales de la zone autour du rectum ou de l’anus (causée par une fistule)

-       Gonflement et douleurs articulaires (arthrite)

-       Ulcères buccaux

-       Saignements rectaux et des selles sanglantes

-       Saignements de gencives

-       Bosses (nodules) rouges sous la peau qui peuvent devenir des ulcères de la peau.

 

Listons les principales manifestations extra intestinales dans la maladie de Crohn :

-       Articulaire : arthrite axiale et périphérique, la spondylarthrite ankylosante, sacro-illite isolée.

-       Peau : érythèmes noueux (inflammation épidermique des tissus graisseux sous-cutanés), plaie gangreneuse.

-       Oral : aphtes, gonflement des lèvres, stomatite angulaire, gingivites.

-       Oculaire : uvéite (inflammation de l’iris, le corps ciliaire et choroïdes), épisclérite (inflammation du tissu enveloppant la sclérotique                 (sclère) plus communément appelée blanc de l'œil.

-       Hépatobiliaires : hépatite chronique, foi graisseux, calculs biliaires, cholangite sclérosante primaire.

Causes et facteurs de risque

Les chercheurs pensent que dans la maladie de Crohn, le système attaque des bactéries et virus inoffensifs. Durant l’attaque s’accumulent des globules blancs dans la muqueuse intestinale.  Les globules blancs provoquent une inflammation chronique qui produit des ulcères, des plaies et des lésions dans l’intestin. Récemment on a découvert que 2 bactéries, la Akkermansia muciniphila et la Faecalibacterium prausnitzii, trouvées en grande quantité dans l’intestin humain, semblent diminuer dans les selles des patients atteints de MICI et pourraient être la cause du manque de modulation de la réponse inflammatoire et du système immunitaire intestinal. 

 

Facteurs de risques:

-       Les facteurs environnementaux.

-       Touche davantage les personnes des classes socio-culturelles élevées, les zones urbaines et industrialisées.

-        Le tabagisme.

-       Certaines recherches indiquent qu'une alimentation riche en sucres, glucides raffinés, une faible consommation de fruits, de légumes            et de fibres peut augmenter le risque de développer une MICI.

Traitement naturel

Dans les maladies inflammatoires intestinales, il y a plusieurs facteurs à considérer. Tout d’abord, l’alimentation doit être le plus naturel possible avec des aliments frais et de proximité. Il faut éviter toutes formes de légumes secs (légumineuse) et légumes flatulents. Certaines études comme celle de la clinique Mayo aux États-Unis ont constaté que le lactose pourrait avoir un effet pro inflammatoire sur les MICI.  En général, on conseille une alimentation riche en antioxydants, vitamine E, huile de tournesol pressée à froid, jus de grenade, céréales complètes avec modération (à ne pas consommer en cas de crise aigüe), légumes cuits à la vapeur et des compotes de fruits pour une meilleure digestion.

 

Par ailleurs, des techniques de relaxation telles que la respiration consciente, l’imagerie guidée, la méditation et le yoga peuvent s’avérer aussi importants que l’alimentation. Des modulateurs du système immunitaire tels que les champignons japonais Cordiceps, Maitake, Reishi et Shiitake améliorent l’oxygénation tissulaire et agissent comme des agents anti-inflammatoires et puissants antioxydants.

L’oligoélément silicium organique, qui se trouve dans tous les tissus, agit pour restructurer l’intestin endommagé, réparer et fermer les ulcères. Il a une action anti-inflammatoire. C’est un protecteur de la muqueuse intestinale et un excellent tonifiant pour le système nerveux périphérique qui dépend de l’intestin.

 

Les probiotiques (micro-organismes vivants tels que des bactéries) sont conseillés pour repeupler l’intestin d’une flore intestinale saine. Ainsi, des petites proportions de Churut, Kombucha, Kimchi (sans épices) et soupe Miso (non-pasteurisé) devraient être ajoutées dans les aliments. L'Omega 3 joue un rôle anti-inflammatoire et protecteur de l’intestin.

 

A éviter :

Les malades doivent éliminer ou réduire au maximum les aliments provoquant des flatulences comme le chou, chou-fleur, brocoli…

-       Lactose.

-       Maïs, blé.

-       Thé, café, chocolat.

-       L’excès de protéines animales et de graisses saturées.

-       Les aliments traités.

-       Alcool, vin, bière.

-       Levures.

Protocole naturel

Prises intensives de 30 ml de Silicium G5 Siliplant 3 fois par jours, séparés des repas. Garder le sous la langue 2 minutes avant d’avaler. Il peut être administré aussi bien en « phase sans symptôme » et en crise aigüe.

- En période de crise aigüe, faites un cataplasme en imbibant un morceau de coton de silicium organique et appliquez-le sur le ventre en le gardant au moins 20 minutes ou jusqu’à ce qu’il sèche. Répétez l’opération 2 ou 3 fois par jour.

- Le nettoyage du colon se réalise toujours durant en « phase sans symptôme », la nuit après un repas léger. Préparez une infusion avec 25 millilitres d’eau minéral et 2 sachets de camomille. Faites bouillir la préparation pendant 10 minutes. Laissez reposer et refroidir jusqu’à ce que la préparation ait une température comprise entre 35 et 37 degrés. Appliquez en une seule fois avec un énéma dans lequel la totalité de la préparation entre. Une fois terminée, appliquez une canule de 50 ml de Silicium organique dans le colon et laisser toute la nuit.

 

Prises de 2 capsules d’Orgono Defender au petit déjeuner. Ces capsules contiennent Cordiceps, Maitake, Reishi, Shiitake, Champignons du soleil, des antioxydants, des vitamines et des agents activateurs du système immunitaire. Prenez 2 capsules le matin au petit déjeuner. Á ne pas consommer en crise aiguë.

 

Prises d’Omega 3. Le plus intéressant dans ce cas sont les capsules gastro protégées c’est-à-dire que la capsule traverse la barrière gastrique de l’estomac, se défaisant ainsi dans l’intestin. Doses 1/0/1.

  

 Victoria Pilas Naturopathe, spécialiste en nutrition cellular active AFMO (Association Française de Médecine Ortho moléculaire)

 

 

*Toutes ces recommandations alimentaires sont à titre général. Il ne faut pas oublier que chaque cas est particulier et doit être supervisé par un professionnel de la santé spécialisé.