SCLÉROSE EN PLAQUES: Protocole naturel

La Sclérose en plaques est une maladie auto-immune (déséquilibre du système immunitaire), c’est-à-dire que le système de défenses est altéré, ne protège plus des attaques extérieures mais s’attaque à ses propres cellules. Le diagnostique de la SEP est particulièrement difficile étant donné que les symptômes varient énormément d’une personne à l’autre et que la fréquence des poussées peuvent survenir en quelques jours ou en quelques heures puis disparaître complètement ou partiellement en quelques semaines.
 
LES SYMPTÔMES
Comme expliqué ci-dessus les symptômes varient énormément en fonction des personnes même s’ils sont souvent associés à des troubles neurologiques des signes généraux tels que la fatigue extrême et inhabituelle, troubles de la mémoire et de la concentration, épisodes dépressifs, troubles locomoteurs dus à une faiblesse musculaire, troubles de la vue, de l’équilibre, urinaires, sexuels, etc.

 
 
LE RÔLE DE LA MYÉLINE
Dans le cas de la SEP, c’est la myéline du système central nerveux qui est altérée. La myéline est une sorte de membrane biologique (une gaine) qui protège et isole les neurones en s’enroulant autour de celles-ci comme le ferait un plastique autour d’un fil électrique (voir photo). La myéline est produite par deux types de cellules dans deux systèmes nerveux différents : par les cellules de Schwann (dans le système nerveux périphérique) et par les oligodendrocytes (dans le système nerveux central).
La myéline permet de protéger les fibres nerveuses et a pour rôle principale l’accélération de la vitesse de propagation de l’influx nerveux transportant l’information le long des neurones. Attaquées par les lymphocytes, les gaines de myélines sont altérées et la circulation de l’information est empêchée ou altérée. La maladie se manifeste par des poussées inflammatoires qui entraînent la démyélinisation.
 
Les trois principaux traitements actuels:
  1. Les immunomodulateurs, qui agissent sur la phase inflammatoire de la maladie ;
  2. Les immunosuppresseurs, traitements plus agressifs agissant également sur les formes inflammatoires de la maladie ;
  3. Injection d’anticorps monoclonal « humanisé » administré uniquement en milieu hospitalier et seulement en cas avancé de la maladie.

Les bienfaits du Silicium organique : maladies auto-immunes

  • Le silicium organique renforce le système immunitaire et favorise la production d’anticorps le protégeant ainsi des attaques extérieures de microorganismes pathogènes ;
  • Il joue un rôle majeur dans le thymus (un organe qui sert de lieu de maturation aux lymphocytes T et joue aussi un rôle dans la protection contre l'auto-immunité) ;
  • Il augmente l’efficacité des enzymes et améliore la communication cellulaire et sanguine ;
  • Il permet de restaurer une circulation électrique intercellulaire efficace dans le corps ;
  • Il renforce le système ostéo-articulaire et agit en tant qu’anti-inflammatoire naturel en permettant de lutter contre les poussées inflammatoires sans effets secondaires ;
  • Il renforce et protège le système nerveux en lui offrant une meilleure résistance.

Mode d’emploi:
Il important de suivre le traitement de façon continue, sans interruption et augmenter la dose journalière de façon progressive. Commencer par 15 ml de silicium liquide deux fois par jour, une fois le matin à jeun et une fois le soir. Puis progressivement doubler la dose à 60 ml, puis 90 ml par jour. Le Silicium organique est compatible avec toute thérapieà laquelle sont éventuellement soumis les patients avant ou pendant son utilisation. 


Quelques témoignages

« J'ai une sclérose en plaque depuis 1987, j'ai tout essayé pour lutter contre cette maladie même l'urine mais je pense que le G5 m'a fait beaucoup de bien et continue à m'en faire. Chaque fois que je vois mon neurologue il me dit: et votre G5, vous en prenez toujours? C'est bien, continuez, continuez! Ça fait dix ans que j'en prends tout les jours, le dernier que j'ai pris chez vous est beaucoup plus efficace (ref. Silicium España Laboratorios), même ma femme en prend, elle le trouve formidable. Bien amicalement ». Mr. Bajou.
 
« J’ai 29 ans et je suis atteinte d’une sclérose en plaque. J’ai découvert le G5 par le biais d’un médecin qui m’a conseillé d’en prendre pour espacer les crises. Et c’est miraculeux. D’une crise tous les 2 ou 3 mois, je suis passée à 0 crise depuis 2 ans ! Alors le pourquoi du comment, cela m’est égal, ce qui compte c’est que ça marche ». Astrid.
 

Nous sommes à la recherche de témoignages de personnes souffrant de sclérose en plaques. Si vous avez utilisé le silicium G5 comme traitement ou connaissez quelqu'un l'ayant fait, n'hésitez pas à nous écrire ici.